Actualités
cartes

Explorer les cartes du conflit

À l'occasion du centenaire et dans le cadre de ses recherches sur la période contemporaine, le PAIR a coordonné un ambitieux projet de collecte, de mise en commun et de diffusion des cartes de la Grande Guerre.

affiche-expo

Mémoires archéologiques de la Grande Guerre

Le PAIR a lancé en 2015 une exposition itinérante consacrée à l'archéologie de la Première Guerre Mondiale. Elle sera présentée à partir du 18 mars à la Médiathèque de la Vallée de Villé.

Découvert à Carspach (Haut-Rhin) lors de travaux d’aménagement routier de la colline du «Lerchenberg» par le Conseil Général du Haut-Rhin, le site du Kilianstollen a fait l’objet d’une fouille en 2011, réalisée par le Pôle d'Archéologie Interdépartemental Rhénan, en étroite collaboration avec les services de déminage de la Sécurité Civile et ceux des sépultures militaires françaises et allemandes. Cette opération préventive est la première exclusivement consacrée à des vestiges de la Grande Guerre en France.

 

Le Kilianstollen est un abri souterrain de grande capacité, construit début 1916 au niveau de la première ligne de front allemande, à l’ouest d’Altkirch. Des escaliers assurent la liaison avec l'extérieur, donnant accès aux tranchées ou à un chemin. Le 18 mars 1918 au matin, l'artillerie allemande pilonne les lignes ennemies à l’aide d’obus à gaz. Les Français répliquent et concentrent leurs tirs : vers 13h30, la partie sud de la galerie s'effondre et piège 34 hommes.

2 / 10
Les avis ... vos avis !
  • C’est avec un profond respect et un grand intérêt que j’ai découvert comment les archéologues français ont trouvé et mis en sûreté les soldats allemands ensevelis. Une preuve stupéfiante de l’amitié franco-allemande.

  • L'Antiquité a Pompéi, la Première Guerre Mondiale a le Kilianstollen !

  • Une découverte exceptionnelle pour mieux comprendre la vie quotidienne dans les tranchées allemandes. La visite du chantier de fouilles a été un grand moment d’émotion pour moi.

  • Quelle image forte dans ma mémoire que cette saignée creusée dans ce sol meurtri avec cet instant de mort fossilisé...

  • J’ai eu l’opportunité de visiter ce remarquable site de fouilles archéologiques, le Kilianstollen, sur invitation d’un collègue français. Deux choses m’ont particulièrement frappé : l’immersion dans le quotidien de la guerre m’a laissé un souvenir marquant, d’autant plus que mon grand-père avait combattu sur cette partie du front. Le naturel avec lequel nos collègues français nous ont invités sur leurs fouilles montre bien que notre génération a réussi à dépasser les clivages qui nous ont trop longtemps divisés.

  • Il est important que l’on fasse connaître en Allemagne le projet que le PAIR mène à Carspach : les archéologues français, en découvrant des soldats allemands victimes du conflit, ennemis de leur nation pendant la Première Guerre Mondiale, leur ont rendu une partie de leur identité et de leur dignité. Pour moi, en tant que journaliste allemand, c’est une histoire digne d’être racontée.

  • 100 ans après le début des conflits de la Première Guerre Mondiale, nous, les Allemands et les Français, nous nous tenons devant les vestiges des batailles du passé, devant les traces du quotidien de ces hommes au beau milieu de l’horreur, et découvrons l’enfer qu’ont vécu nos ancêtres. Nous ne devons jamais l’oublier ! Dans cette perspective, les fouilles menées par le PAIR sont elles aussi un travail pour la paix.

  • Si le principe n’avait pas déjà été vérifié, les fouilles du Kilianstollen montreraient que l’archéologie est vraiment complémentaire de l’histoire. En effet, elles ont permis de se rendre compte de la vie sous terre des soldats, de prendre conscience des effets de l’artillerie (notamment des projectiles particuliers) et d’avancer dans la connaissance de certains aspects de l’armée allemande (l’organisation défensive, le recrutement, les dotations en uniformes et en matériels, etc.).

  • Les stigmates et dépouilles découverts sur ce lieu de combat sont les reflets à saisir pour les transmettre à nos jeunes générations futures. Par sa charge historique, et pour ce centenaire de la Grande Guerre, le Kilianstollen de Carspach en est la parfaite illustration, répondant à un devoir de mémoire universel.

  • Cette initiative originale constitue une formidable plongée au cœur des vestiges de la Grande Guerre. Elle est aussi une remarquable démonstration de l’apport spécifique de l’archéologie à une connaissance toujours plus large de l’histoire et des hommes qui l’ont faite !